logo

Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours su que j'­allais travailler sur le domaine familial Le Satyre à Begnins, sur La Côte vaudoise. Mais j'aimais étudier. J'ai donc trouvé un bon compromis. D’abord, une licence en lettres à l’Université de Lausanne, pour le plaisir et mon développement personnel. Et puis Changins. Depuis 2006, cadette d’une famille qui compte quatre enfants, je travaille avec mon père Noé à la vigne et à la cave. J'incarne ainsi la troisième génération de ­vignerons de ce domaine créé en 1940 par mon grand-père, René Graff.

 web_graf--469x239

Mon domaine

Troisième génération

... Deux mots pour vous dire que le domaine du Satyre a été fondé en 1940, à Begnins, par René Graff. En amoureux des cépages bourguignons, il arracha bien vite le Chasselas présent, provoquant ainsi l'ire des autorités locales. Mais un satyre, compagnon du dieu du vin et de l'ivresse, de la vigne et de la fête, se doit d'apporter le désordre et l'irrationnel dans le monde civilisé. Alors, même si "ça ne se fait pas", il consacra la majeure partie de son vignoble - qui compte maintenant 8 hectares - au Pinot noir et au Gamay. Son fils et successeur, Noé Graff, poursuivit dans cette voie du désordre subversif, notamment en se séparant de (presque) tous les ceps de blanc au profit de cépages rouges charpentés, tels le Diolinoir et le Carminoir. Dans le monde de Dionysos, les femmes ont le droit de cité et c'est ainsi que j'ai rejoint l'équipe du Satyre, pour le meilleur ces dernières années, avec de nombreuses distinctions.

Aujourd'hui, naviguant entre les production intégrée et biologique, le domaine du Satyre propose six vins, dont ses fameux et désormais classiques Pinot noir et Gamay, ainsi que des cuvées plus confidentielles, que vous pouvez découvrir à sa cave.

Mes vins

Pinot Noir

C'est un Pinot noir classique aux parfums de cassis et de cerise noire, de framboise et de violette, évoluant sur la griotte avec les années, bien charpenté sur une trame de tannins souples et ces notes épicées qui sont l'empreinte du Satyre.

Gamay

Son caractère est vif, fruité, son acidité naturelle permet de lui associer les mets les plus épicés, ce qui lui confère sa faculté de s'inviter à tous les moments de convivialité : en apéritif pour ceux et celles qui souhaitent une alternative au vin blanc ou pour l'ambiance grillades d'une belle soirée d'été.

Les Satyres

Notre assemblage les Satyres se composent principalement de deux cépages autochtones, aux caractères bien différents, le Diolinoir et le Garanoir. Selon les années et l'inspiration, un peu d'Ancellotta d'origine valdotaine comme beaucoup de nos vendangeuses s'y ajoute. La force et parfois la rudesse du Diolinoir est contrebalancée par la souplesse du Garanoir. Pour y faire écho, un court élevage en barrique apporte le soyeux de la vanille et les tannins du chêne. Un vin tout en dualité, une main de fer dans un gant de velours.

Carminoir

Ce cépage suisse est issu d'un croisement de Pinot noir et de Cabernet-Sauvignon. Bouquet complexe (notes fruités et épicées, parfois même florales) souligné par un caractère végétal discret, riche en tannins et bien charpenté.

Ni dieu ni maître

Le Satyre se rebiffe, c'est dans son caractère et il adore quitter les sentiers battus. Ainsi, le Satyre propose chaque année une cuvée ni dieu ni maître née de ses envies, de son inspiration et de la clémence - ou non - du ciel. Il peut s'agir d'un nouvel assemblage, d'une sélection parcellaire de vieilles vignes, d'une vinification particulière.

Chasselas

Il se veut classique Chasselas d'apéritif mais sur ses terres profondes, il gagne en fruit et répand chaque année ses parfums exotiques de citrons, d'ananas et plus local, de coin et de verveine. Frais, perlant, il aime aussi à se travestir avec de la liqueur de cassis.